22/11/63, de Stephen King

By samedi, mai 18, 2013

22 novembre 1963 : 3 coups de feu à Dallas. Le président Kennedy s'écroule et le monde bascule. Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l'Histoire ?2011 : Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d'une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d'un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d'empêcher l'assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d'Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d'un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d'une jolie bibliothécaire qui va devenir l'amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu'altérer l'Histoire peut avoir de lourdes conséquences...

L'avis de Kahlan

Ceux qui me connaissent un tant soit peu savent que je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau roman de Stephen King, pas moyen, mais c’est Randall qui m’a donné l’occasion de m’y mettre si rapidement, en organisant une lecture commune sur Livraddict. Depuis un certain temps maintenant, les œuvres de King sont, à mon goût bien sûr, de qualité assez inégale, mais j’avais beaucoup aimé Duma Key et ses mystères, littéralement adoré la montée de la violence sous le Dôme, et tout cela augurait donc bien de ce voyage dans le passé qu’était 22/11/63.

Malheureusement, autant le dire tout de suite, ce livre est une déception pour moi. J’attendais tout autre chose que ce que j’ai eu, et c’est peut-être là que le bât a blessé. Alors que je me figurais que l’histoire tournerait autour de l’assassinat avorté du président Kennedy, et les conséquences sur notre Histoire de cette « retouche » du passé, je me suis retrouvée à lire une chronique des années soixante. Bon, ce n’est pas forcément inintéressant, la plume de l’auteur étant ce qu’elle a toujours été, c’est-à-dire juste magique, mais plus de 900 pages là-dessus… Mouais, bof !

Alors, ça ne veut pas dire que tout est à jeter dans ce roman, attention, ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit, j’ai été déçue mais je n’ai pas détesté non plus ! Le voyage dans le temps réinventé par Stephen King, c’est quand même quelque chose, et il y a d’excellentes idées dans ce bouquin : comme par exemple le fait que chaque nouveau voyage temporel annule les effets du précédent, effaçant ainsi l’ardoise et remettant les compteurs à zéro ; ou encore cette histoire d’harmoniques ou de passé qui se « protège » contre toute tentative de changement. Tout cela donne lieu à des situations intéressantes et bien amenées.

Malgré tout, je n’ai pas été transportée, je l’ai senti passer comme on dit... Les personnages principaux ont beau être attachants, leurs aventures sont somme toute assez prévisibles, sans parler du fait que certains évènements, qu’on voit arriver à des kilomètres, prennent carrément leur temps pour finir la route ! J’imagine sans peine la somme colossale de travail que l’auteur a dû abattre pour documenter à ce point son ouvrage, mais justement, trop de détails tuent le détail comme dirait l’autre, et ne sont-ils pas plus accessibles à nos amis d’outre-Atlantique ? J’ai le sentiment d’y avoir été relativement imperméable.

En résumé, 22/11/63 est une plongée dans l’Amérique des années soixante… Un voyage temporel intéressant s’il en est, mais pas spécialement passionnant, pour moi en tous cas. A noter, pour les anglophones uniquement, que Stephen King a posté sur son site une fin alternative que vous pouvez lire ici.

Lecture commune avec : Randall, Stelphique, ...

Note : ★★★☆☆
Billet d'origine : eTemporel


Ouvrage paru en 2013 - Lu en grand format aux éditions Albin Michel - 930 pages

Vous aimerez aussi...

0 commentaires