Le livre perdu des sortilèges, de Deborah Harkness

By jeudi, mai 30, 2013

Diana Bishop est la dernière d'une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous - démons, sorcières et vampires - le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu'énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au coeur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

L'avis de Aristide Pilgrim

Deborah Harkness est professeur d’histoire à l’université, il était donc assez logique que son premier roman, Le livre perdu des sortilèges, soit étayé de nombreuses références historiques, et c’est avant tout ce qui m’a plu dans ce roman. L’héroïne, Diana Bishop, est issue d’une longue lignée de puissantes sorcières, mais depuis la mort de ses parents, elle rejette en bloc tout ce qui se rapporte à la magie. Jusqu’au jour où elle ouvre, un peu par hasard, un parchemin ensorcelé : l’Ashmole 782. A partir de cet instant, sa vie va basculer…

J’ai adoré l’atmosphère qui se dégage de ce roman : le charme désuet d’un autre temps, un parfum de mystère non dénué de menace, un univers très abouti qui mêle habilement notre réalité, notre histoire, à un monde imaginaire peuplé de créatures surnaturelles. Deborah Harkness maîtrise parfaitement son sujet, tout est parfaitement documenté, et les références historiques sont nombreuses, accentuant le réalisme des événements. Les protagonistes sont franchement sympathiques, on se prend bien vite d’affection pour eux, y compris les personnages secondaires.

Le seul bémol que je trouve à ce roman, c’est l’importance que tient l’histoire d’amour entre cette sorcière et ce vampire. Trop « fleur bleue », même pour moi, à la limite de la mièvrerie par moments et c’est vraiment dommage. J’aurais préféré davantage de références à ce fameux livre perdu des sortilèges, point de départ de cette intrigue mais finalement presque inexistant dans la suite, davantage de sorcellerie aussi. Malgré tout, j’en ressors charmée et c’est sans la moindre hésitation que je lirai la suite, car de nombreuses questions restent sans réponse.

Un très bon roman. Je me suis laissée embarquer sans la moindre difficulté, et j’ai d’autant plus hâte de lire la suite qu’elle nous fait remonter loin dans le temps, à l’époque de la chasse aux sorcières…

Note : ★★★★☆
Billet d'origine : Les Fabuleuses Aventures d'Aristide Pilgrim


Ouvrage paru en 2011 - Lu en grand format aux éditions Orbit - 517 pages
Tome 1 du cycle Le livre perdu des sortilèges

Vous aimerez aussi...

0 commentaires