Le steampunk

By dimanche, septembre 22, 2013


Scribe, de Keith Thompson
Le steampunk, autrement appelé rétro-futurisme victorien, est un genre littéraire, communément reconnu comme un sous-genre uchronique de la science-fiction. L'action se déroule dans une atmosphère inspirée de la société industrielle victorienne du XIXème siècle, en partant du postulat que les machines à vapeur ont progressé bien au-delà de ce qu'elles l'ont réellement fait. A partir de là, les hommes n'ont pas éprouvé le besoin d'inventer les moteurs à combustion interne, et l'évolution de notre société s'en est trouvée totalement revisitée.

Le genre se raccroche à une longue tradition littéraire qui joue sur les rapports de la fiction et de la machine. Si les puristes refusent de voir en Jules Vernes un auteur steampunk, arguant qu’il écrivait sur sa propre époque, la plupart des auteurs reconnaissent leur dette immense envers ce père de la science-fiction. Le terme s'applique en fait à des œuvres qui font la part belle aux voyages dans le temps, aux machines infernales et autres gadgets anachroniques qui côtoient le règne de la vapeur dans un Occident pré-industriel.

Par extension, sont désormais rattachées au genre des œuvres ne se déroulant pas à l’époque victorienne, mais cultivant une communauté d’esprit avec lui. Vous trouverez ci-après quelques-uns des incontournables du steampunk, pour un premier tour d'horizon.

    

Vingt mille lieues sous les mers, de Jules Verne
Le scientifique français Pierre Aronnax, son fidèle domestique Conseil et le harponneur canadien Ned Land sont capturés par le capitaine Nemo qui navigue dans les océans du globe à bord du sous-marin Nautilus. L'aventure donne l'occasion de descriptions épiques (dont un enterrement sous-marin, un combat contre des calamars géants, etc.).

♠ La machine à explorer le temps, de Herbert George Wells
Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur ; tantôt roux, tantôt verts ; ils croissaient, s’étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d’immenses édifices s’élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée – ondoyant et s’évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d’un solstice à l’autre, en moins d’une minute, et que par conséquent j’allais à une vitesse de plus d’une année par minute ; et de minute en minute la neige blanche apparaissait et s’évanouissait pour être suivie de la verdure brillante et courte du printemps.

♠ Les voies d'Anubis, de Tim Powers
Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d'or? Comment deviner que l'attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ? Voyez plutôt: à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou ... Et, nul doute, quelqu'un cherche à l'enlever sinon à le tuer ! Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu'en 1685 puis sera projeté dans l'Égypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis. Traqué, maintes fois capturé et toujours s'échappant, il cherche à corps perdu la "brèche" du retour.

♠ Machines infernales, de K.W. Jeter
George Dower mène une existence paisible, sans extravagance, partagé entre sa boutique d'horlogerie et sa passion des automates qu'il fabrique et façonne. Mais un beau jour, les rouages semblent se bloquer et le temps se figer ; un homme étrange, " l'homme en cuir noir ", pénètre dans son échoppe et le charge de réparer un bien curieux mécanisme. Même lui, pourtant spécialiste, n'avait jamais rien vu de tel. Et ce premier pas va l’entraîner dans un monde irrationnel peuplé d'hommes-poissons, de machines volantes, d'intrigants automates... Un monde dont il deviendra vite l'un des principaux acteurs.

♠ Le nomade du temps, de Michael Moorcock
En 1902, à la suite d'un tremblement de terre survenu alors qu'il était en mission au Kumbalari (état proche du Tibet) au nom de l'Angleterre, le capitaine Oswald Bastable se retrouve projeté dans un futur alternatif. En l'an 1973, le monde est survolé par des dirigeables qui surveillent le monde au nom des Grandes Puissances. Mais des révolutionnaires de la Ligue des Aventuriers Temporels dont Una Pearson s'oppose à cet ordre. Oswald devra choisir son camp dans ce nouveau monde qui s'offre a lui.

    

♠ La trilogie de la Lune, de Johan Heliot
Printemps 1889. Un vaisseau hybride de chair et de métal fait irruption dans le ciel de Paris, stupéfiant la foule venue célébrer la clôture de l'Exposition Universelle. L'humanité entre en contact avec les extraterrestres Ishkiss et découvre une technologie qui surpasse tout ce que les esprits les plus audacieux ont pu rêver jusque-là...

♠ La trilogie steampunk, de Paul Di Filippo
La rumeur court que la jeune reine Victoria a été enlevée et remplacée par un clone, mutant mi-femme, mi-batracien. Qui pourra, sans trahir ce terrible secret d'État, retrouver la trace de l'originale et lui faire regagner son trône ? Des créatures marines, dignes de Lovecraft, font peser une lourde menace sur le Massachusetts. Mais cette menace n'est rien, selon certains de ses plus « conservateurs » habitants, comparée aux Hottentotes, ces curieux aborigènes sud-africains récemment débarqués sur le Nouveau Continent... La poétesse américaine Emily Dickinson s'amourache de Walt Whitman, qui la fait devenir femme et lui sert de guide dans une dimension temporelle alternative où ils croisent la route du jeune Allen Ginsberg...

♠ Bohème, de Mathieu Gaborit
Après la révolution industrielle, l'Europe a été submergée par une substance étrange et dangereuse, l'écryme. Reliées par un fragile réseau de traverses d'acier, seules quelques cités gouvernées par l'aristocratie capitaliste émergent dans cette mer corrosive. Mais sous le joug de la Propagande, la révolte gronde... Quand un dirigeable porteur d'une précieuse cargaison clandestine s'échoue dans l'écryme, c'est Louise Kechelev, avocate-duelliste et fille de révolutionnaires praguois, qui est chargée de récupérer la cargaison. Dans la même zone, un régiment de hussards en mission de reconnaissance a été décimé par une mystérieuse crise de folie. Seul survivant, le commandant Léon Radurin doit fuir les foudres de la Propagande. Pour Louise et Léon, c'est le début d'un voyage sans retour aux confins des traverses, où se murmure le nom d'une cité perdue : Bohème.

Rue Farfadet, de Raphaël Albert
Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères, des maris jaloux, des épouses trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux... Alors, Sylvo fréquente assidûment les bars et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames... Jusqu'au jour où lors d'un banale enquête de routine il se trouve mêlé à une machination dépassant l'entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l'affaire par l'un des trois puissants ducs de Panam. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

♠ Confessions d'un automate mangeur d'opium, de Fabrice Colin & Mathieu Gaborit
Paris, 1899... L'industrie, portée par la force de l'Éther, a révolutionné le monde. Le ciel bourdonne de machines volantes, les automates sont partout qui agissent au service des hommes, hommes qui communiquent entre eux par téléchromos d'un continent à un autre. Dans cette ville moderne où s'ouvre une éblouissante Exposition Universelle, une jeune comédienne, Margo, aidée de son frère psychiatre, enquête sur la mort mystérieuse de son ex-maîtresse et d'un singulier personnage créateur de robots... Écrites à deux mains par deux jeunes auteurs incroyablement doués, ces Confessions d'un automate mangeur d'opium sont un bonheur d'imagination et de virtuosité littéraire, à découvrir au plus vite.

Bien sûr, ce n'est qu'un rapide aperçu, et il y en a des tas d'autres, alors si vous en avez à partager avec nous, n'hésitez pas à poster titre et quatrième de couverture en commentaire dans la suite !

Vous aimerez aussi...

1 commentaires

  1. On nous signale un auteur souvent oublié à tort des billets à propos du steampunk : Albert Robida. Pour plus d'informations, vous pouvez vous reporter à cette page : http://www.gloubik.info/livres/robida/robida.html

    RépondreSupprimer