Les voies d'Anubis, de Tim Powers

By vendredi, janvier 17, 2014

Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d'or ? Comment deviner que l'attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ? Voyez plutôt : à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou... Et, nul doute, quelqu'un cherche à l'enlever sinon à le tuer ! Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu'en 1685 puis sera projeté dans l'Égypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis. Traqué, maintes fois capturé et toujours s'échappant, il cherche à corps perdu la "brèche" du retour.

L'avis de Kahlan

C’est dans le cadre d’une lecture commune organisée sur l’Imag’In Café que j’ai lu cet ouvrage. Avec le recul, j’aurais mieux fait de m’abstenir, mais s’il était dans ma PAL, c’est bien parce qu’il avait su titiller mon intérêt à un moment ou à un autre. Le quatrième de couverture était alléchant, puisqu’il était question de voyage dans le temps, de mythologie égyptienne, de magie et de loup-garou… Et puis on rattachait cet ouvrage au steampunk, et c’est un genre que j’avais très envie de découvrir depuis longtemps.

Et le début du roman était, en dehors de l’aspect steampunk complètement inexistant (ou alors je n’ai rien compris à ce qu’est le steampunk, ce qui est possible aussi !), conforme à mes attentes. Une intrigue mystérieuse mais qui semblait tenir debout, des personnages atypiques, une atmosphère à la fois un peu glauque et très londonienne, ça me plaisait bien. Je passais sans doute à coté de quelques références liées à la littérature britannique, mais ce n’était pas très grave. J’ai même fini par m’habituer au style ampoulé de l’auteur.

Malheureusement, ce que l’on admet de bon cœur au début d’un roman, lors de la mise en place de l’intrigue, on finit par ne plus l’excuser au fur et à mesure de notre avancement. C’est une lecture étrange, à la fois foisonnante et pleine de redondances. Comme si on avait mis plusieurs histoires dans un chapeau, secoué, et ressorti le tout dans un joyeux mélange ! Certains éléments semblent n'avoir aucun rapport entre eux, du début à la fin. J’ai fini par m’engluer dans un récit qui, au final, ne m’a pas convaincue, loin de là. Trop de répétitions, trop de longueurs, trop d'incohérences.

D’autant plus que le personnage principal, dénué de charisme à mon sens, accepte tout ce qui lui arrive beaucoup trop facilement. Je m'imagine à sa place : je n'aurais qu'une envie, qu'un objectif, retrouver mon époque et les gens que j'aime. Pas lui, de toute évidence. J’avais juste envie de le secouer, je n'ai ressenti aucune empathie, il m'a laissée de marbre ! Au final, les personnages qui m'ont le plus intéressée, par leur originalité, sont peut-être ceux de l'armée de gueux d'Horrabin.

Beaucoup de lassitude et d'ennui pour cette histoire dont je ne voyais plus le bout !

Note : ★☆☆☆☆
Billet d'origine : eTemporel


Ouvrage paru en 1986 - Lu en format ePub aux éditions Bragelonne - 476 pages

Vous aimerez aussi...

0 commentaires