Bilbo le Hobbit, de J.R.R. Tolkien

By samedi, février 01, 2014

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible qui n'aime pas être dérangé quand il est à table. Mais un jour, sa tranquillité est troublée par la venue d'un magicien nommé Gandalf, et de treize nains barbus qui n'ont qu'une idée en tête : récupérer le trésor de leurs ancêtres, volé par Smaug le dragon sur la Montagne Solitaire. Suite à un malentendu, Bilbo se retrouve malgré lui entraîné dans cette périlleuse expédition.

L'avis de Kahlan

J'ai lu la trilogie du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien il y a bien longtemps, mais je n'avais encore jamais eu l'occasion de me lancer dans cette sorte de préquelle que constitue Bilbo le Hobbit. Et puis la sortie des deux premiers films de son adaptation au cinéma, tout autant que les choix, dont cet ouvrage faisait partie, de Fille-de-lecture pour le septième challenge Livra'deux pour Pal'Addict, m'ont décidée à me lancer.  Brusquement j'avais très envie de retrouver le fabuleux univers créé par Tolkien.

Les Terres du Milieu constituent un royaume que se partagent les hommes, les nains, les hobbits et les elfes, mais aussi les vilains orcs et toutes sortes de monstrueuses créatures fantastiques qui vont du dragon au warg – sorte de loup plus grand que nature - en passant par d'affreuses araignées géantes. Au milieu de tout ça, un hobbit d'abord assez insignifiant, Bilbo pour ne pas le nommer, qui préfère les déjeuners copieux et le calme de son trou à l'aventure et l'imprévu. Un personnage né sous une bonne étoile, très vite attachant, qui commence bien évidemment par rechigner à abandonner sa tranquillité, mais qui finit par prendre goût à l'aventure et démontrer son honnêteté et son courage.

Alors bien sûr, Bilbo le Hobbit est, à la base, un roman jeunesse, un conte fantastique assez court, et la plume de Tolkien est à l'avenant. Agréable à lire, elle dépeint avec humour les différents peuples et leurs caractéristiques principales, de manière parfois un peu caricaturale : la soif d'or des nains, l'aspect un peu hautain des elfes, la frilosité des hobbits... Mais les actions s'enchaînent rapidement et on n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer. On se surprend à espérer le succès de l'expédition, on retrouve les prémices de cette intrigue à venir autour de l'anneau de Sauron – mon préciiieux -, on fait connaissance avec Gollum...

J'ai beaucoup aimé ce récit, finalement, même si j'aurais sans aucun doute dû le lire avant de voir les films. Plus abordable que Le seigneur des anneaux parfois alourdi de descriptions, c'est un conte initiatique qui sera apprécié aussi bien par les petits que par les grands.

Note : ★★★★☆
Billet d'origine : eTemporel


Ouvrage paru en 1973 - Lu en format poche aux éditions Le Livre de Poche - 380 pages

Vous aimerez aussi...

2 commentaires

  1. Ta chronique est très vraie je trouve. Je n'en parlerais pas mieux. Ça fait longtemps que je l'ai lu et je l'ai apprécié étant déjà adulte. Mais je me souviens avoir essayé de le lire étant enfant et ça n'est pas passé du tout...le petit héros aux pieds poilus ne me séduisait pas. J'étais une petite fille qui rêvait de Sigfrid terrassant le dragon...pas d'un hobbit terrassant le dragon. LOL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre ! C'est vrai que jusqu'au bout, il reste un anti-héros plus attaché à son trou qu'à tout l'or du monde, mais un anti-héros néanmoins attachant.

      Supprimer