La malédiction de Boucle d'Or, de Victor Dixen

By mardi, mai 13, 2014

Et si le conte le plus innocent dissimulait l'histoire d'amour la plus terrifiante ? 1832. Blonde, dix-sept ans, orpheline, vit depuis toujours dans un couvent, entourée de mystères. Pourquoi les sœurs l'obligent-elles à couvrir ses cheveux d'or et à cacher sa beauté troublante derrière des lunettes noires ? Qui sont ses parents et que leur est-il arrivé ? Quelle est la cause de ses évanouissements fréquents ? Blonde est différente et rêve de se mettre en quête de vérité. Alors qu'elle s'enfuit du couvent pour remonter le fil du passé, elle se découvre un côté obscur, une part animale : il y a au cœur de son histoire un terrible secret.

L'avis de Kahlan

J’ai découvert Victor Dixen à ses débuts, quand le premier tome du cycle Le cas Jack Spark est paru aux éditions JC Gawsewitch en 2009. J’ai apprécié d’emblée son style très fluide, ses histoires originales et mystérieuses, l’ambiance un petit peu glauque qui s’en dégageait, surtout cette ambiance d’ailleurs. Et puis ses personnages, qui ont toujours un côté un peu décalé. 

J’avais commencé le cycle Animale par son prélude, Tambours dans la nuit, et je dois avouer que je n’avais pas tellement accroché. C’est pourquoi il m’a fallu cette lecture commune, organisée par Prettybooks sur Livraddict pour me lancer enfin dans La malédiction de Boucle d’Or. Très sincèrement, avec le recul et après avoir lu ce premier tome, ce prélude n’est pas si mal. Il nous met dans le contexte des guerres napoléoniennes, avec toute l’horreur de la campagne de Russie, horreur encore décuplée par l’utilisation par l’Empereur et ses alliés d’étranges créatures fantastiques manifestant une violence extrême.

Et c’est en lisant La malédiction de Boucle d’Or qu’on apprend ce que sont ces créatures. Ne comptez cependant pas sur moi pour éclairer votre lanterne ici, pas moyen ! Sachez simplement que Victor Dixen revisite ici, et de manière absolument magistrale selon moi, le conte de Boucle d’Or. J’ai particulièrement apprécié la cohérence de l’ensemble, et je crois que je ne verrais plus jamais cette histoire de la même façon. Alors on devine bien sûr un certain nombre de choses, mais le récit est tellement jubilatoire que ça n’a pas réellement d’importance.

Blonde est un personnage extrêmement attachant, et en même temps un peu effrayant par certains côtés, cette dualité est très réussie. J’ai également beaucoup apprécié découvrir Gabrielle par le biais des comptes rendus d’enquêtes, des archives épiscopales ou des différents témoignages. Gaspard est touchant, Mme Lune intrigante, Maître Grégorius paternaliste mais bon… L’auteur nous propose ici toute une galerie de personnages assez loin des clichés et donc appréciables. J’ai aimé les lieux aussi, le couvent, austère et froid, le cirque, aussi coloré que glauque quand on y pense, le manoir sur la lande, refuge anéanti… ou pas.

En y réfléchissant, j’ai tout aimé dans ce roman, il est extrêmement bien ficelé. D’après ce que j’ai compris, une suite est annoncée, et je retrouverai avec grand plaisir cet auteur que j’affectionne tout particulièrement, même si j’ai le sentiment que La malédiction de Boucle d’Or se suffit à lui-même. Un récit passionnant et tout bonnement magique !

Note : ★★★★★
Billet d'origine : eTemporel


Ouvrage paru en 2013 - Lu en format broché aux éditions Gallimard - 437 pages
Tome 1 du cycle Animale

Vous aimerez aussi...

2 commentaires

  1. J'ai eu un superbe coup de coeur pour ce roman ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur a su revisiter le conte d'une manière extraordinaire, j'ai été conquise !

      Supprimer