La voie royale, d'Hervé Gagnon

By lundi, novembre 03, 2014

Après le premier tome, La voie du livre, paru aux éditions Hugo & Cie, la suite des aventures d'Anneline et François. Accusée de sorcellerie et devenue, bien malgré elle, une menace pour le roi et pour le pape, Anneline Dujardin poursuit sa route avec sa fille Jeanne, et le hors-la-loi François Morin, désormais irrémédiablement liées à elles.
Poursuivis par les mousquetaires du cardinal de Richelieu et par le redoutable inquisiteur Guy de Maussac, qui a juré de faire brûler les Dujardin, les fugitifs emportent les précieux documents transmis par des générations de guérisseuses. En percer le secret représente leur seule chance de survie, et c'est à Paris que le grimoire dévoilera ses mystères. Jusqu'où Anneline devra-telle aller pour mener à bien la mission que lui a confié son ancêtre par-delà les siècles.

L'avis de Goupil

Après un premier tome plutôt décevant où le sexe et la torture prenaient le pas sur l'intrigue, La voie royale reprend le récit là où nous l'avions quitté au précédent opus. Tandis que l'inquisiteur Guy de Maussac découvre la crypte sous la maison d'Anneline, celle-ci, accompagnée par sa fille Jeanne et par François, et toujours poursuivie par le Comte de Tréville et ses mousquetaires, prend le chemin de Paris pour élucider le mystère que recèle le parchemin découvert dans le sarcophage.

Dans le début du tome, l'auteur revient sur ce qui s'était passé dans le tome précédent et insiste plus particulièrement sur ce parchemin qui constitue l'énigme de ce deuxième tome.

On aurait pu croire que l'auteur aurait, dans ce deuxième tome, corrigé les errements du précédent. Malheureusement, il n'en est rien, et on retrouve les scènes de sexe qui avaient déjà émaillé le récit tout au long du premier tome, et qui n'apportent rien à l'histoire. Si ce n'est d'ajouter des longueurs inutiles au récit qui en compte déjà trop. On a la nette impression que l'auteur a manqué d'inspiration tout au long de ce diptyque, et qu'au fur et à mesure, il a rajouté des parties pour étoffer son récit qui aurait pu faire l'objet d'un seul tome.

Ce n'est que dans la troisième partie, que l'auteur daigne enfin nous livrer des informations sur le parchemin et le lieu où se trouverait la révélation de l'énigme. Une fin qui, de par son côté un peu trop évident, risque de décevoir le lecteur. En effet, tout au long de l'histoire, le lecteur imagine un scénario complexe, et l'auteur nous livre une fin trop simpliste pour vraiment nous convaincre.

Si la fin de l'histoire n'est pas à la hauteur de nos attentes, le récit doté d'une écriture simple et fluide se lit facilement et, toutefois, apporte au lecteur un bon divertissement, mais le roman ne restera pas dans nos mémoires.

Note : ★★☆☆☆
Billet d'origine : Chroniques littéraires de Goupil


Ouvrage paru en 2014 - Lu en format broché aux éditions Hugo & Cie - 419 pages
Tome 2 du cycle Malefica

Vous aimerez aussi...

0 commentaires