Un avion sans elle, de Michel Bussi

By lundi, février 02, 2015

Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l'identité de l'unique rescapé d'un crash d'avion, un bébé de 3 mois ? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'histoire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masques tombent.

L'avis de Lysandre

Michel Bussi est un auteur français de romans policiers dont je n’avais rien lu jusqu’ici. Un auteur très à la mode, j’ai envie de dire, puisqu’on entend très régulièrement parler de lui quand on parle bouquin. L’image que je me faisais de ses romans avant de lire Un avion sans elle était à la fois assez juste et très incomplète, je m’en rends compte aujourd’hui. Je m’attendais en effet à des intrigues très romancées, entremêlant enquête policière et histoire d’amour dramatique, du « policier pour jeune fille au cœur tendre » en somme. Ne voyez là rien de péjoratif, c’est juste que ce n’est pas ma tasse de thé.

D’une certaine manière, Un avion sans elle, c’est précisément ça : une enquête policière guimauve qui gravite autour d’une jeune femme unique survivante d’un crash d’avion, et dont l’identité reste incertaine. Le drame est bel et bien présent, avec la sœur aînée qui perd la boule, le frère aîné en amoureux transis, les grands-parents qui se déchirent, et le détective pas toujours très net ; les clichés aussi, il faut bien le dire. Mais il y a une chose qu’on ne peut pas lui enlever à ce livre, c’est qu’il est addictif. Des meurtres, des rebondissements, des fausses pistes... on a envie de savoir la fin, d’avoir le fin mot de l’histoire.

Sauf que la fin justement, elle laisse un goût amer dans la bouche. Pourquoi ? Parce qu’elle surgit de nulle part ! Le coup du nouveau personnage dont on n’a jamais entendu parler, et qui déboule brusquement sur le devant de la scène dans les dernières pages pour nous permettre de tout résoudre en beauté, j’avoue que je ne m’en suis pas remis ! C’est d’un facile ! Un page-turner qui se termine en eau de boudin, voilà le sentiment que j’ai en refermant ce roman. Et j’aime autant passer sur les remarques totalement déplacées du style : « une petite fille aux yeux bleus, très bleus, vraisemblablement française à en juger par la couleur de sa peau »...

Un roman qui ne m’aura pas vraiment donné envie de pousser plus avant la découverte de cet auteur. Une intrigue qui tombe à plat, des personnages caricaturaux, de la guimauve bien collante... tout ce que je n’aime pas !

Note : ★★☆☆☆
Billet d'origine : Into the Books

Ouvrage paru en 2013 - Lu en format poche aux éditions Pocket - 573 pages

Vous aimerez aussi...

0 commentaires