Revival, de Stephen King

By jeudi, novembre 19, 2015

Revival

Il a suffi de quelques jours au charismatique Révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l’homme et l’enfant ont une passion commune : l’électricité. Trente ans plus tard, Jamie, guitariste de rock rongé par l’alcool et la drogue, est devenu une épave. Jusqu’à ce qu’il croise à nouveau le chemin de Jacobs et découvre que le mot « Revival » a plus d’un sens... Et qu’il y a bien des façons de renaître ! Addiction, fanatisme, religion, expérimentations scientifiques… un roman électrique sur ce qui se cache de l’autre côté du miroir.

Ouvrage paru en 2015 - Lu en format broché aux éditions Albin Michel - 439 pages


L'avis d'Aristide

C’est toujours avec enthousiasme que je pars à la découverte d’un nouveau livre de Stephen King. Il est l’un des mes auteurs préférés, et c’est sans aucun doute pour son habileté à nous entraîner dans son univers, en nous proposant des personnages si réalistes, si pleins de substances qu’on en viendrait presque à les considérer comme réels, et des lieux tellement criants de vérité. J’aime sa plume et son obsession du détail, j’aime sa manière de tout décortiquer par le menu, avant que ne survienne l’élément déclencheur de ses histoires horrifiques.

Revival ne fait pas exception à la règle. La mise en situation est lente, comme d’habitude, j’ai envie de dire, mais c’est précisément ce qui va donner toute leur intensité aux événements à venir. On découvre Jamie, jeune garçon en quête d’affection, et d’attention surtout, issu d’une famille nombreuse. Sa vie bascule, sans qu’il puisse le deviner ou s’en rendre compte sur le moment, le jour où il fait la connaissance de Charles Jacobs, nouveau révérend du village. Ce dernier est un personnage ambigu, dès son apparition, mais il bascule du mauvais côté de la force lorsqu’il perd sa femme et son fils dans un horrible accident de la route. Et Jamie, tout au long de sa vie, va être entraîné dans cette infernale spirale.

De nombreux thèmes sont abordés dans ce roman. La manière dont un homme d’église peut gérer son deuil et son rapport à Dieu lorsque ce dernier lui a injustement arraché ceux qu’il aime ; les prédicateurs qui utilisent la religion pour amasser toujours plus d’argent en manipulant les pauvres pêcheurs que nous sommes ; l’addiction aux drogues, à l’alcool... Si l’horreur est bel et bien présente dans ce roman, elle passe par l’obsession d’un seul et unique personnage : Charles Jacobs. On retrouve également cette nostalgie qu’affiche l’auteur depuis quelques années de l’Amérique profonde des sixties, mélange de rock, de drogues et de religion.

Malgré une fin un peu prévisible et pas si grandiose que ce que la presse a bien voulu nous faire croire, c’est un roman que j’ai beaucoup aimé. L’intrigue et l’écriture sont très abouties, le personnage du pasteur est extraordinaire, et j’ai adoré baigner dans cette ambiance nostalgico-religieuse. Un excellent moment de lecture.

Note : ★★★★★
Billet d'origine : Les Fabuleuses Aventures d'Aristide Pilgrim

Vous aimerez aussi...

0 commentaires