Phobos, tome 2, de Victor Dixen

By samedi, janvier 30, 2016

Phobos, tome 2

Ils croyaient maîtriser leur destin. Ils sont les douze pionniers du programme Genesis. Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées. En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations. Elle croyait maîtriser ses sentiments. Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour. Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger. En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé. Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.

Ouvrage paru en 2015 - Lu en format numérique aux éditions Robert Laffont
490 pages - Tome 2 du cycle Phobos


L'avis de Kahlan

Me revoici aujourd'hui avec une chronique qui s'est un peu fait attendre, faute de disponibilité. J'avais beaucoup apprécié le premier tome de Phobos, de Victor Dixen, et j'espérais donc tout autant de ce nouvel opus, dans lequel j'avais hâte de me plonger. Force est de constater que j'ai été un petit peu déçue, même si, entendons-nous bien, cela reste une suite très honorable. En fait, Phobos était initialement prévu pour être une dilogie, mais il s'avère à présent qu'un troisième tome est en préparation, et je ne peux m'empêcher de me demander si ce n'est pas, finalement, l'explication de mon ressenti.

Je m'explique ! Le premier tome, Les éphémères, proposait trois intrigues parallèles : celle des prétendants à bord de leur navette filant vers Mars, celle des organisateurs du programme Genesis sur Terre, et la rencontre d'Andrew Fisher et Harmony McBee. Chacune était menée de main de maître, apportait son lot de révélations et s'avérait intéressante et étroitement liée à l'intrigue générale. Dans Il est trop tard pour oublier, la structure du récit est identique, on retrouve tous les protagonistes à l'endroit exact où on les avait laissés. La différence majeure, c'est que deux des trois sous-intrigues ne présentent pas vraiment d'intérêt !

Commençons par Andrew et Harmony. Ils sont en fuite, et ils n'en finissent plus de traverser le pays, pour finalement atterrir dans un trou paumé d'où le jeune homme réussit malgré tout un dernier tour de magie informatique. Mouais... Serena, de son côté, a dû passer un marché avec les nouveaux pionniers, et si elle s'applique à faire bonne figure, il est bien évident qu'elle ne va pas en rester là. Enfin, c'est évident pour le lecteur, en tous cas, parce qu'en dehors de Léonor, j'ai trouvé les autres prétendants bien naïfs à son sujet ! Ces deux pans de l'histoire mettent beaucoup de temps à se mettre en place, rendant le rythme bien moins trépidant que dans le premier tome.

Quant à nos douze martiens, en plus de découvrir la planète rouge et d'enquêter sur ce qui s'est réellement passé dans le septième habitat, ils vont devoir apprendre à se connaître. Et se côtoyer au quotidien, ce n'est pas comme cinq minutes de speed-dating par jour derrière une vitre ! Les personnalités émergent, les secrets continuent de tomber les uns après les autres et tout n'est pas joli-joli. Mais là encore, en dehors des quelques révélations finales, l'intrigue ne progresse pas vraiment et les longueurs s'accumulent : l'arrivée sur Mars, les mariages décrits par le menu... On a le sentiment que l'auteur se retient de trop en dire, et ça devient frustrant.

Un tome de transition finalement qui donne, malgré quelques révélations, un peu l'impression de tourner en rond. Beaucoup de choses sont effleurées mais manquent de profondeur, l'intrigue piétine et certains passages m'ont carrément ennuyée. C'est un peu poussif, et je m'interroge sur les raisons qui ont poussé l'auteur à passer de la dilogie à la trilogie. Peut-être aurait-il dû se fier à son instinct, et laisser son intrigue évoluer d'elle-même sans trop vouloir en rajouter ? Cela étant dit, cela ne remet nullement en cause mon intérêt pour cet univers et cette histoire, et je lirai la suite sans la moindre hésitation. En croisant juste les doigts pour retrouver le rythme trépident du premier volume !

Note : ★★★☆☆
Billet d'origine : eTemporel

Vous aimerez aussi...

0 commentaires