Les chants de Felya, de Laurent Genefort

By mardi, avril 12, 2016

Les Chants de Felya

Aux confins de l'univers, loin du regard de la civilisation, se commettent les pires atrocités. Comme sur Felya, une planète d'extraction minière où la puissante compagnie Fetexport exploite toutes les ressources à sa portée : minérales, animales, végétales... et humaines. Pour les tribus indigènes, divisées, toute résistance est vaine. Que peuvent des lances contre des tanks et des hélicoptères ? Les unes après les autres, elles passent sous le joug de la compagnie : les hommes rejoignent les rangs de leur armée, les femmes leurs bordels. Puni pour avoir enfreint les coutumes de son peuple, le jeune Lorin doit prouver son attachement aux siens. Dans sa quête, il rencontrera Soheil, issue de la tribu des tailleurs de sel. Tous deux devront mettre de côté leurs différences s'ils veulent survivre aux épreuves dressées sur leur chemin. Et de leur amour naîtra peut-être l'étincelle de la rébellion, l'espoir attendu par toute une planète...

Ouvrage paru en 2016 - Lu en format papier aux éditions Le Livre de Poche
608 pages


L'avis de Kahlan

On se retrouve aujourd'hui avec l'intégrale d'une saga de science-fiction de Laurent Genefort, intitulée Les Chants de Felya et qui constitue ma toute première excursion dans l'univers de cet auteur. Il s'agit d'un planet opera qui prend place dans l'univers des portes de Vangks a priori commun à tous les romans de l'auteur. Le récit se déroule sur la planète Felya, dont le nom provient des serpents fels qui y prolifèrent, et qui est abusivement colonisée pour ses ressources minières. On suit Lorin, jeune homme issu d'une des tribus primitives originaires de cette planète, qui ne cesse de violer la tradition de son clan en s'intéressant d'un peu trop près aux technologies coloniales.

Cette intégrale du Livre de Poche regroupe trois romans de l'auteur précédemment parus aux éditions Fleuve Noir. Le labyrinthe de chair nous offre l'occasion de découvrir Lorin au sein de sa tribu, dont les membres survivent en repêchant les restes de vaisseaux coloniaux vieillissant, et ayant explosé lors de leur décollage de la surface de Felya. Mais à cause de sa curiosité pour le mode de vie des Vangkanas, le jeune homme fait figure d'extraterrestre tout autant que de sacrilège aux yeux des autres membres de son clan. Exilé de sa tribu alors qu'elle fuit son campement d'origine pour échapper à une déportation forcée, il entreprend un long voyage qui va le conduire à vivre moult aventures et à rencontrer la femme de sa vie.

Dans De chair et de fer, Lorin et la belle Soheil sont séparés suite à une rafle des Vangkanas. Alors qu'il couvre la fuite de sa bien-aimée, Lorin est capturé, et n'a d'autre choix que de s'engager dans l'armée coloniale pour à nouveau éviter une déportation à l'autre bout du continent. C'est l'occasion pour l'auteur de pointer du doigt les exactions commises à l'encontre de ces tribus primitives exploitées, réduites en esclavage ou tout bonnement exterminées. Il en profite également pour nous plonger dans un univers riche de bien belles trouvailles. De crabes gigantesques sur le dos desquels des familles entières peuvent élire domicile à des radeaux aériens transportant des pirates de l'air, ou encore à des méduses dont le corps translucide abrite un être humain, son imagination est foisonnante.

Lyane, le troisième volume, qui tient lieu ici de troisième et dernière partie, nous emmène sur les traces de l'enfant de Lorin et Soheil dans un monde clairement dominé par les multinationales et la religion. Dépaysement garanti ! Malheureusement, j'ai envie de dire que cette intégrale a les défauts de ses qualités. Le manichéisme dont l'auteur fait preuve en confrontant deux civilisations que tout oppose rend cette histoire un peu trop simpliste. Les traits sont un peu trop appuyés, les personnages font précisément ce que le lecteur s'attend à ce qu'ils fassent, tout est en noir et blanc, y compris les sentiments. Si le voyage reste exotique et clairement plaisant, j'ai trouvé ce manque de profondeur un peu dommage, car il y avait matière à nous surprendre.

Une quête initiatique dépaysante et de toute beauté, qui manque un peu trop d'objectivité pour être qualifiée de grandiose, mais qui reste agréable à lire. Une découverte plaisante, que je vous engage à faire par vous même, et pour laquelle je remercie infiniment les éditions Le Livre de Poche.

Note : ★★☆☆
Billet d'origine : eTemporel

Vous aimerez aussi...

0 commentaires