Le voleur de cœur, de Rawia Arroum

By mardi, mai 03, 2016

Le voleur de cœur

Symphonie est un monde musical. Brutal. Chacun y possède un instrument, donné à la naissance. Arme enchantée mais également véritable partie de soi-même, on la nomme mélo-âme. Avec ces objets, tous les clans rivaux se livrent une guerre sans merci... les instruments de musique hurlent, et des vies s'évaporent. Au milieu de cette cacophonie, Dylan profite d'une vie rêvée de fils cadet de chef de clan, sans responsabilité ni impératif quelconque... Et heureusement, car il cache un secret inavouable : il n'a pas de mélo-âme, aucun pouvoir, et s'il a un instrument, ce dernier n'a rien de magique. Aussi lorsqu'il se retrouve propulsé héritier de son clan et qu'il doit faire ses preuves sur le champ de bataille, il est totalement désemparé.

Ouvrage paru en 2016 - Lu en format papier aux éditions Michel Lafon
395 pages


L'avis de Kahlan

On se retrouve aujourd'hui avec un roman que je vais avoir bien du mal à décrire, car c'est un véritable ovni au sein de la littérature actuelle, où les genres ont tendance à être si formatés qu'on a un peu l'impression de toujours lire la même chose. Le voleur de cœur, de Rawia Arroum, est un roman original et décalé, qui a su m'embarquer vers des rivages très éloignés de ceux que je visite habituellement. Une lecture étonnante, presque dérangeante par moment, mais qui saura plaire à tous les amateurs de musique, et aux autres aussi, j'en suis le plus bel exemple.

Le récit s'attache à Dylan, jeune homme qui vit dans un monde appelé Symphonie, où musique et magie sont étroitement liées, un monde qui représente l'un des futurs possibles du nôtre puisqu'on y trouve des références à des musiciens de notre époque. Dès la naissance, les enfants sont baptisés dans la rivière Melody, ce qui éveille leur mélo-âme, laquelle vit dans un instrument de musique qui grandit et évolue avec eux. La première partie du roman introduit donc cet étonnant univers qui fait la part belle à la musique. On découvre quelle est la vie de Dylan, fils cadet d'un chef de clan, immature, insouciant à l'extrême, un brin égoïste même avec son meilleur ami Ethan, mais fou amoureux de sa petite amie Kana. Et en total décalage avec les traditions de son peuple.

En effet, Symphonie est la proie d'une guerre sans merci que se livrent le Nord et le Sud, et son peuple est un peuple de guerriers. Seulement voilà, Dylan se fiche un peu de tout ça, il déteste la guerre, prône sans cesse le dialogue et la diplomatie, sans doute parce qu'il est un peu lâche. Et aussi parce qu'il n'a pas de pouvoir magique, pour la simple et bonne raison que sa mélo-âme est défectueuse, bien qu'il s'évertue à le cacher à son entourage. Sa guitare, Rubby, est une simple guitare sans âme, elle n'a pas de vie propre. L'histoire s'installe tranquillement, jusqu'à ce que des événements bizarres se produisent. Dylan se met à entendre une voix, il a des visions, des moments d'absence, et c'est comme si quelqu'un s'évertuait à lui pourrir la vie. J'ai vu que certains lecteurs avaient trouvé cette partie du livre un peu brouillonne, mais en ce qui me concerne, elle m'a terriblement intriguée, j'avais vraiment envie de savoir ce qui se passait.

Le mystère s'épaissit de page en page. On sait que Dylan a subi une greffe de cœur quand il était tout petit, mais on comprend rapidement que ses parents lui ont caché bien d'autres choses. Et lorsqu'il part en quête de vérité dans le Nord, du côté des ennemis de son peuple, on devine bien vite que ce voyage ne sera pas une promenade de santé. La plume de l'auteur est immersive, ses descriptions sont agréables, sans lourdeur. Certains passages nous paraissent un peu hermétiques, mais j'ai envie de dire que c'est l'histoire qui veut ça, et qu'on se rassure : tous les éléments de réponse nous sont finalement apportés. Quelques longueurs en cours de route, quelques maladresses au niveau des personnages et en particulier de Dylan qui semble incapable de contrôler sa vessie , mais avant tout un récit qui tient debout et d'une fraîcheur bienvenue.

Au final, j'ai beaucoup aimé ce roman qui m'a embarquée assez facilement, par son originalité et une intrigue imprévisible mais parfaitement bien construite. Le dénouement est un peu rapide à mon goût, les révélations explosent brusquement, et quelles révélations ! La fin est suffisamment ouverte pour que l'on puisse envisager une suite, et si tel est le cas, c'est avec grand plaisir que je me replongerai dans l'univers de Rawia Arroum. Un grand merci aux éditions Michel Lafon et à Livraddict pour cette très jolie découverte !

Note : ★★★☆
Billet d'origine : eTemporel

Vous aimerez aussi...

0 commentaires