La république des voleurs, de Scott Lynch

By mardi, août 30, 2016

Les Salauds Gentilshommes, tome 3 : La république des voleurs

Après le plus grand casse de leur carrière, Locke et son inséparable complice, Jean, ont réussi à s’échapper. Mais Locke ne s’en est pas tiré indemne : empoisonné, il est mourant. Aucun alchimiste n’est en mesure de l’aider. Alors que le moment fatidique approche, une mystérieuse Mage Esclave lui propose un marché qui le sauvera ou mettra un terme à ses souffrances. Locke hésite, jusqu’à ce que la mage mentionne le nom d’une femme qu’il a connue par le passé. L’amour de sa vie. Sa rivale en matière d’habileté et d’intelligence. Et, s’il accepte cette mission, son plus dangereux adversaire. À l’approche des élections de la cité des mages, les différentes factions recrutent leurs stratèges. Locke doit faire un choix : affronter ou séduire celle qu’il n’a jamais pu oublier. Leurs vies dépendent peut-être de sa décision…

Ouvrage paru en 2014 - Support numérique - Editions Bragelonne
Tome 3 du cycle Les Salauds Gentilshommes - 668 pages


L'avis de Kahlan

Six ans après la parution du second volume de la série, La république des voleurs nous offre enfin la suite des aventures de Locke Lamora et de son complice Jean. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, je les engage vivement à découvrir cette saga, mais en attendant, qui sont ces Salauds Gentilshommes ? Des voleurs, tout simplement, de sympathiques escrocs au grand cœur capables de monter de gigantesques arnaques sans faire preuve d’aucun excès de violence. Et ce sont de sacrées retrouvailles que l’auteur nous a concoctées là.

On retrouve Jean et Locke quelques semaines après la fin du tome précédent, et en bien mauvaise posture. Empoisonné, Locke est à l’article de la mort et sa seule chance de survie est entre les mains de ses pires ennemis, les mages-esclaves. A l’injonction de Jean, et malgré leur méfiance viscérale envers les mages, tous deux vont accepter une mission qui va les confronter au seul et unique amour de Locke, une femme avec laquelle ils ont été élevés, une ancienne Salope, Sabetha.

J’avais trouvé quelques longueurs à Des horizons rouge sang, pour au final m’incliner bien bas face à l’habileté de l’auteur et de ses personnages à monter une arnaque aussi bien pensée. Ici, pas vraiment d’arnaque, il est question de politique, une élection pour être exacte, et de l’affrontement d’un adversaire qui les connaît par cœur, et qui tire les ficelles du cœur d’artichaut de Locke. C’est mon seul regret, la seule raison pour laquelle ce roman n’a pas été un coup de cœur. J’attendais une nouvelle arnaque, et j’en ai été pour mes frais.

Malgré tout, le récit reste passionnant, ne vous y trompez pas. Extrêmement dynamique, on y retrouve en outre, presque avec délectation, les flash-backs initiés dans Les mensonges de Locke Lamora, premier tome de la saga, dans l’enfance de Locke. La virtuosité de Scott Lynch à mener deux intrigues de front au sein d’un même roman m’épatera toujours. On avait entendu parler de Sabetha dans les deux tomes précédents, mais on fait ici réellement sa connaissance. On la découvre jeune, alors qu’elle faisait partie des Salauds Gentilshommes, puis devenue adulte. Et ses relations avec Locke sont capitales dans la construction de la personnalité de notre héros.

Autre point très important, et qui nous prouve si besoin était que Scott Lynch a de la suite dans les idées, l’énigme initiale du nom de Locke Lamora, son véritable nom, et de son passé, rejaillit ici. Et c’est une véritable claque pour le lecteur ! Je n’entrerai pas dans les détails pour ne pas vous spoiler, mais il est clair que ce mystère fait de ce troisième tome une transition idéale vers une intrigue qui s’annonce encore plus passionnante !

Un roman qui a su balayer toutes les réserves qu’avait pu induire le second tome et qui me laisse plus fébrile que jamais dans l’attente de La Ronce d’Emberlain, dont la parution en version originale est prévue à la fin du mois de septembre prochain.

Note : ★★★★★
Billet d'origine : eTemporel

Vous aimerez aussi...

0 commentaires