Stranger Things

By mardi, août 16, 2016


Statut : En production
Genre : Fantastique / Science-Fiction
Nombre de saisons / épisodes : 1 saison / 8 épisodes


Un soir de l'année 1983 à Hawkins, dans l'Indiana, le jeune Will Byers, 12 ans, disparaît brusquement et sans laisser de traces. Plusieurs personnages vont alors tenter de le retrouver : sa mère Joyce ; ses amis emmenés par Mike Wheeler et aidés par l'intrigante Onze ; et le chef de la police Jim Hopper. Parallèlement, la ville est le théâtre de phénomènes surnaturels liés au Laboratoire national d'Hawkins, géré par le département de l'Énergie (DoE) et dont les expériences dans le cadre du projet MKULTRA ne semblent pas étrangères à la disparition de Will.

L'avis d'Abigaelle

Stranger Things est un plongeon dans la nostalgie des années 80, mais ça ne s'arrête pas là puisque que tout est fait pour nous noyer dans l'angoisse de nos peurs enfantines.

Sur les principaux sites, cette série est classée en science-Fiction mais pour ma part, je la classerais plus volontiers en série fantastique. En effet, cette histoire, qui commence comme une banale histoire de disparition dans une petite ville des États-Unis, nous emporte bien vite dans une enquête mêlée de mystère et de complots. On se croirait presque dans un des meilleurs épisodes de X-Files mais sans Mulder ni Scully qui sont remplacés ici par une pléiade de personnages très intéressants.

Du coté des adultes, la série est l'occasion de nous dresser le portrait de deux familles aux antipodes l'une de l'autre. Celle du petit Will, le disparu, archétype de la famille en perdition avec une mère célibataire surmenée par son travail, est légèrement instable. Et la famille de Mike, le meilleur ami de Will qui, quant à elle, a tout de la famille parfaite avec une mère au foyer dévouée mais dont la jolie photo de famille ne fait que cacher le vide et la superficialité des relations.

Tout ceci sans oublier le personnage de Hopper, le shérif, héros déchu qui s'approche du stéréotype tout en sachant garder une subtilité qui le rend attachant.


Du coté des ados, là aussi, on a de tout : de l'ado paumé au beau gosse qui agit comme un con, en passant par la jeune intello qui s'approche tout à coup de la popularité, le tout mêlé d'hormones. Bien que les ingrédients soient clichés, le cocktail qui en sort a su me surprendre parfois, ce qui n'est pas si mal.


Enfin, du coté des enfants, ils sont tout aussi différents que complémentaires, et apportent souvent une bouffée de fraîcheur et de sourire dans ce scénario oppressant. Mention spéciale au petit "sans dent" qui m'a beaucoup fait rire.


Du coté du scénario, je n'oserais pas trop en dire pour ne rien dévoiler de l'intrigue qui est, somme toute, assez simple. Ce n'est pas le déroulement ou le dénouement qui vont créer la surprise. Tout l’intérêt de cette série réside davantage dans l'atmosphère qu'elle dégage et le traitement des personnages face à cette situation.


En bref, c'est une histoire qui est du déjà vu, qui l'assume et qui est réalisée avec beaucoup de talent. Et notons la prestation excellente de Winona Ryder, cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vue et j'ai eu du mal à la reconnaître au début de la série, et même si parfois au début je l'ai trouvée un peu "too much", plus on en apprend sur le personnage et plus sa façon de la jouer s'explique.

Vous aimerez aussi...

3 commentaires

  1. Ah ben c'est super, Abi, je me demandais justement ce que ça valait ! Je vais donc me la noter, elle me fait bien envie, cette série.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu un gros coup de cœur pour cette série, au départ gentiment régressive mais qui prend ensuite tout son sens pour nous immerger dans une histoire terrifiante très bien construite.
    En espérant une saison 2.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roh, vous me donnez vraiment envie tous les deux ! Je sais ce qui me reste à faire, quoi ! ^^

      Supprimer