Les ombres du passé, de Philippe Auribeau et Pierre Pevel

By vendredi, janvier 06, 2017

L'héritage de Richelieu, tome 1, partie 1 : Les ombres du passé

1642. Richelieu est mort. Mazarin préside aux affaires de la France, en proie à des conflits politiques exacerbés par le trépas de Louis XIII. Dans l'ombre, les dragons poussent leurs pions. L'Italien est seul. Ou presque. Car Richelieu, comme ultime présent, lui a légué son plus formidable atout : les Lames du Cardinal, une troupe de bretteurs et aventuriers qui, si souvent par le passé, ont mis les dragons en échec. Reformées autour du Comte de Clément-Lefert, les Lames se lancent sur la piste d'un trafic sans précédent de substances draconiques, susceptible de mettre à mal le trône de France.

Ouvrage paru en 2016 - Support numérique - Editions Bragelonne
Tome 1, partie 1 du cycle L'héritage de Richelieu - 54 pages


L'avis de Kahlan

Si vous avez lu et aimé la trilogie Les lames du cardinal, de Pierre Pevel, alors cette chronique est faite pour vous ! Car les lames sont de retour, ou presque… En effet, Philippe Auribeau, auteur du jeu de rôle adapté de la saga, se lance pour de bon dans l’écriture avec une nouvelle saga, publiée en épisodes dans la collection Snark des éditions Bragelonne : L’héritage de Richelieu. L’auteur reprend le flambeau de Pierre Pevel, avec toute la bienveillance de ce dernier, et nous propose une nouvelle histoire de capes et d’épées dans un univers qu’il connaît bien.

L’histoire se déroule quinze ans après la fin de la première trilogie. Richelieu est mort, remplacé par Mazarin, et les anciennes lames de l’un comme de l’autre ont été démantelées. Seulement voilà, les dragons font à nouveau parler d’eux, et le cardinal cherche à rappeler ses protecteurs de l’ombre. Les ombres du passé est clairement un épisode d’introduction. On y fait connaissance avec les anciennes lames de Mazarin, mais aussi avec deux personnages qui pourraient bien rejoindre la nouvelle troupe. Des personnages particulièrement plaisants, qui laissent la même impression que ceux de Pierre Pevel, et leur ressemblent fort sans être tout à fait les mêmes.

Le ton employé par Philippe Auribeau est très similaire à celui de Pierre Pevel, plein d’humour, léger, pour ne pas dire enlevé. Ça sent l’aventure à plein nez, et c’est bien ! On retrouve le gout de Pevel pour les descriptions raffinées qui mettent dans l’ambiance, laquelle est très réussie. Je me suis replongée dans le Paris de 1642 avec délice. Scènes pleine de panaches, duels, entrevues secrètes et complots d’état, tout est réuni pour faire de cette nouvelle saga une très belle réussite.

Ce premier épisode constitue donc une agréable mise en bouche, et j’ai bien hâte de lire la suite. C’est d’autant plus jubilatoire que l’auteur n’est pas le même, que le contexte historique a changé, et que les personnages eux-mêmes sont différents. Malgré tout, Philippe Auribeau réussit l’exploit de conserver ce petit supplément d’âme qui fait des Lames du Cardinal une saga extraordinaire. Je suis conquise !

Note : ★★★★★
Billet d'origine : eTemporel

Vous aimerez aussi...

0 commentaires