Genèse, de Maxime Chattam

By mardi, février 28, 2017

Autre-Monde, tome 7 : Genèse

Traqués par l'empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s'emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu'il ne soit détruit. Mais le monde souterrain qu'ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d'incroyables révélations. La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires. L'ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s'achève et livre enfin tous ses secrets.

Ouvrage paru en 2016 - Support numérique - Albin Michel
Tome 7 du cycle Autre-Monde - 622 pages


L'avis de Kahlan

On se retrouve aujourd’hui avec une chronique de l’ultime tome de la saga Autre-Monde, de Maxime Chattam, intitulé Genèse. Un septième opus qui se sera fait un petit peu attendre, mais on comprend aisément la difficulté que peut avoir un auteur à conclure pareille épopée, et à en finir avec des personnages qui l’ont accompagné tant d’années. Je dois cependant avouer que mes souvenirs de Neverland étaient arrivés loin, et que j’ai eu un petit peu de mal à recoller les morceaux. Un résumé des événements des tomes précédents n’aurait pas été du luxe !

Cela n’a pas empêché la magie Chattam de fonctionner. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’alliance des trois et ses compagnons, à deux ou quatre pattes. Matt, Ambre et Tobias ont bien grandi depuis le tout premier tome de leurs aventures, on les a vus évoluer jusqu’à devenir, dans ce dernier opus et à leur cœur défendant, matures. C’est au cœur des restes de l’Italie effondrée qu’ils poursuivent leur quête, dans des galeries souterraines peuplées d’une vie nouvelle, puis dans le village côtier de Port-aux-Crânes où ils ont encore une fois maille à partir avec les Ozdults. Les péripéties sont malheureusement un peu redondantes avec celles des tomes précédents, mais elles sont émaillées de révélations intéressantes, à travers le personnage d’Anonymous en particulier.

Maxime Chattam nous avait promis des réponses, nous les obtenons enfin ! Même si l’on avait vu certaines d’entre elles venir de très loin, en particulier l’évident parallèle entre Ggl, les Rêpbouks et les Kwitters et nos Google, Facebook et Twitter, qui orientait déjà notre réflexion dans la bonne direction. C’est un petit peu facile à mon goût, mais qu’importe, cela fonctionne, et d’autant mieux que l’auteur nous réserve un final réellement à la hauteur de la saga. La bataille contre Ggl occupe toute la fin du roman, et elle est épique, c’est le moins que l’on puisse dire. La mise en scène est formidablement bien orchestrée, en trois parties qui maintiennent le suspens jusqu’au bout. C’est rythmé, et incroyablement crédible.

Quant au dénouement... On aurait pu craindre une fin un peu manichéenne, mais ç’aurait été mal connaître Maxime Chattam, et oublier la part de ténèbres en lui. Non, il est plus malin que ça, et nous propose une fin un peu hybride, sur laquelle je ne m’étendrai pas, je ne voudrais spoiler personne. Cette aventure se termine donc de manière cohérente avec le reste de la saga. Elle nous laisse avec cette petite pointe de regret et de nostalgie d’en avoir terminé, mais aussi l’immense soulagement d’avoir eu une fin à la hauteur, et ça c’est chouette !

Note : ★★★★☆
Billet d'origine : eTemporel

Vous aimerez aussi...

0 commentaires